Document de référence 2013

Logo TOTAL

4) Informations par secteur d’activité

L’information financière sectorielle est présentée selon les principes identiques à ceux du reporting interne. Elle reproduit l’information sectorielle interne définie pour gérer et mesurer les performances de TOTAL qui est revue par le principal décideur opérationnel du Groupe, à savoir le Comité exécutif.

Le résultat opérationnel et les actifs sont répartis entre chaque secteur d’activité avant retraitements de consolidation et ajustements inter-secteurs.

Les transactions entre secteurs sont réalisées à des prix proches des prix de marché.

Les activités du Groupe sont divisées en trois secteurs définis comme suit :

  • un secteur Amont comprenant, aux côtés de l’Exploration et de la Production d’hydrocarbures, l’activité Gas & Power ;
  • un secteur Raffinage-Chimie qui constitue un grand pôle industriel contenant les activités de raffinage, de pétrochimie et de chimie de spécialités. Ce secteur couvre également les activités de Trading pétrolier et les Transports maritimes ;
  • un secteur Marketing & Services comprenant les activités mondiales d’approvisionnement et de commercialisation dans le domaine des produits pétroliers ainsi que l’activité Énergies Nouvelles.

Par ailleurs, le secteur Holding comprend les activités fonctionnelles et financières des holdings.

A) Informations par secteur d’activité

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2013

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2013 (éléments d’ajustement)

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2013 (ajusté)

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2013 - Capitaux employés

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2012

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2012 (éléments d’ajustement)

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2012 (ajusté)

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2012 - Capitaux employés

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2011

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2011 (éléments d’ajustement)

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2011 (ajusté)

Tableau : Informations par secteur d’activité - Exercice 2011 - Capitaux employés

B) ROE (Return On Equity) – Rentabilité des capitaux propres moyens

Le Groupe évalue la rentabilité des capitaux propres en rapportant le résultat net ajusté de l’ensemble consolidé à la moyenne des capitaux propres retraités de début et de fin de période. Les capitaux propres retraités pour l’exercice 2013 sont ainsi calculés après distribution d’un dividende de 2,38 euros par action, sous réserve d’approbation par l’Assemblée générale des actionnaires du 16 mai 2014.

Le ROE est calculé de la manière suivante :

Tableau : Calcule du ROE

C) Réconciliation des informations par secteur avec les états financiers consolidés

L’impact des éléments d’ajustement sur le compte de résultat consolidé se présente comme suit :

Tableau : 2013 - L’impact des éléments d’ajustement sur le compte de résultat consolidé

Tableau : 2012 - L’impact des éléments d’ajustement sur le compte de résultat consolidé

Tableau : 2011 - L’impact des éléments d’ajustement sur le compte de résultat consolidé

D) Nature des éléments d’ajustement par secteur

Les éléments d’ajustement du compte de résultat, selon la définition donnée dans la note 2) "Principaux indicateurs de l’information par secteur" de l’annexe aux comptes consolidés, sont les suivants :

Éléments d’ajustement du résultat opérationnel

Tableau : Éléments d’ajustement du résultat opérationnel

Éléments d’ajustement du résultat net part du Groupe

Tableau : Éléments d’ajustement du résultat net part du Groupe

Éléments d’ajustement du résultat opérationnel

Tableau : Éléments d’ajustement du résultat opérationnel

Éléments d’ajustement du résultat net part du Groupe

Tableau : Éléments d’ajustement du résultat net part du Groupe

Éléments d’ajustement du résultat opérationnel

Tableau : Éléments d’ajustement du résultat opérationnel

Éléments d’ajustement du résultat net part du Groupe

Tableau : Éléments d’ajustement du résultat net part du Groupe

E) Informations sur les dépréciations d’actifs

Au titre de l’exercice 2013, des dépréciations d’actifs ont été enregistrées dans les secteurs Amont, Raffinage-Chimie, Marketing & Services et Holding avec un impact de 792 millions d’euros sur le résultat opérationnel et 586 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe. Ces dépréciations ont été qualifiées d’éléments d’ajustement du résultat opérationnel et du résultat net part du Groupe. Ces éléments d’ajustement sont présentés dans la note 4) "Informations par secteur d’activité" D) "Nature des éléments d’ajustement par secteur" ci-dessus sous la rubrique « Dépréciations exceptionnelles ».

Les dépréciations portent sur certaines unités génératrices de trésorerie (UGT) pour lesquelles des indicateurs de perte de valeur ont été identifiés, en raison de l’évolution des conditions d’exploitation ou de l’environnement économique des activités concernées.

Les principes appliqués sont les suivants :

  • la valeur recouvrable des UGT a été déterminée sur la base de leur valeur d’utilité, telle que définie dans la note 1) "Principes comptables" L) "Dépréciation des actifs immobilisés" de l’annexe aux comptes consolidés​ ;
  • les flux de trésorerie ont été établis avec les hypothèses retenues dans le plan long terme du Groupe. Ces hypothèses (incluant notamment les prix futurs des produits, l’offre et la demande de produits, les volumes de production futurs) représentent la meilleure estimation par le management du Groupe de l’ensemble des conditions économiques pendant la durée de vie résiduelle des actifs ;
  • les flux de trésorerie futurs, déterminés à partir du plan long terme, sont établis sur une période cohérente avec la durée de vie des actifs compris dans l’UGT. Ils sont établis après impôt et intègrent les risques spécifiques aux actifs. Ils sont actualisés à un taux de 8% après impôt, ce taux correspondant au coût moyen pondéré du capital du Groupe estimé à partir de données historiques de marché. Ce taux a été appliqué de manière constante sur les exercices 2011, 2012 et 2013 ;
  • la valeur d’utilité fondée sur les flux de trésorerie après impôt définis ci-dessus actualisés à un taux de 8% après impôt n’est pas significativement différente de la valeur d’utilité fondée sur les flux de trésorerie avant impôt actualisés à un taux avant impôt, ce dernier étant déterminé par un calcul itératif fondé sur la valeur d’utilité après impôt. Les taux d’actualisation avant impôt ainsi déterminés se situent entre 8% et 12% en 2013.

Au titre de l’exercice 2013, le Groupe a comptabilisé des dépréciations sur des UGT du secteur Amont pour 651 millions d’euros en résultat opérationnel et 442 millions d’euros en résultat net part du Groupe. Les dépréciations comptabilisées en 2013 concernent principalement les actifs shale gas dans le bassin du Barnett aux États-Unis en raison de la persistance de la faiblesse des prix du gaz sur le marché américain (Henry Hub). Elles comprennent également la dépréciation des actifs du Groupe en Syrie en raison d’un contexte sécuritaire durablement dégradé. Une variation de +10% des cours des hydrocarbures dans des conditions d’exploitation identiques aurait un impact positif de 195 millions d’euros en résultat opérationnel et 126 millions d’euros en résultat net part du Groupe. Une variation de (1)% du taux d’actualisation aurait un impact positif de 47 millions d’euros en résultat opérationnel et de 30 millions d’euros en résultat net part du Groupe. Pour ces actifs ainsi que certains actifs dont la valeur d’utilité est proche de la valeur nette comptable, des variations inverses des projections de cours des hydrocarbures et de taux d’actualisation auraient des impacts respectifs de (1 185) millions d’euros et (619) millions d’euros en résultat opérationnel et de (822) millions d’euros et (431) millions d’euros en résultat net part du Groupe. Ces dépréciations additionnelles, qui pourraient être comptabilisées en cas d’évolution défavorable des cours des hydrocarbures ou des taux d’actualisation, concernent principalement les actifs shale gas dans le bassin du Barnett aux États-Unis et des actifs en Australie et au Kazakhstan.

Les UGT du secteur Raffinage-Chimie sont définies aux bornes des entités juridiques ayant des activités opérationnelles pour les activités de raffinage et de pétrochimie. Les UGT des autres activités du secteur sont des divisions mondiales, chaque division regroupant un ensemble d’activités ou de produits homogènes sur les plans stratégiques, commerciaux et industriels. Au titre de l’exercice 2013, le Groupe a comptabilisé des dépréciations pour 138 millions d’euros en résultat opérationnel et 137 millions d’euros en résultat net part du Groupe, essentiellement liées au projet d’adaptation de la plateforme de Carling (France). Par ailleurs le contexte persistant de volatilité des marges de raffinage européennes a conduit le Groupe à ne pas faire évoluer le montant des dépréciations d’actifs comptabilisées sur les UGT de raffinage en France et au Royaume-Uni. Une variation de +5% de la marge brute dans des conditions d’exploitation identiques ou de (1)% ou de +1% du taux d’actualisation n’aurait pas d’impact en résultat opérationnel ou en résultat net part du Groupe. Une variation inverse des projections de marge brute aurait un impact de (31) millions d’euros en résultat opérationnel et de (22) millions d’euros en résultat net part du Groupe. Cette dépréciation additionnelle, qui pourrait être comptabilisée en cas d’évolution défavorable de la marge brute, concerne l’activité Composites.

Les UGT du secteur Marketing & Services sont des filiales ou groupes de filiales organisés par zone géographique pertinente. Au titre de l’exercice 2013, le Groupe a comptabilisé des dépréciations sur les UGT du secteur Marketing & Services pour 3 millions d’euros en résultat opérationnel et 7 millions d’euros en résultat net part du Groupe. Les différents scenarii de sensibilité (marge brute, taux d’actualisation, prix de vente unitaires dans le solaire) ne conduiraient pas à comptabiliser des dépréciations complémentaires sur les UGT du secteur.

Au titre de l’exercice 2012, des dépréciations d’actifs avaient été enregistrées dans les secteurs Amont, Raffinage-Chimie, Marketing & Services et Holding avec un impact de 1 474 millions d’euros sur le résultat opérationnel et 1 112 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe. Ces dépréciations avaient été qualifiées d’éléments d’ajustement du résultat opérationnel et du résultat net part du Groupe.

Au titre de l’exercice 2011, des dépréciations d’actifs avaient été enregistrées dans les secteurs Amont, Raffinage-Chimie et Marketing & Services avec un impact de 781 millions d’euros sur le résultat opérationnel et 1 014 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe. Ces dépréciations avaient été qualifiées d’éléments d’ajustement du résultat opérationnel et du résultat net part du Groupe.

Aucune reprise de perte de valeur n’a été enregistrée au titre des exercices 2011, 2012 et 2013.