Document de référence 2013

Logo TOTAL

TOTAL et le Sahara occidental

Au large des côtes du Sahara occidental, une autorisation de reconnaissance sur le bloc Anzarane offshore a été attribuée en décembre 2011 par le Maroc à l’Office national marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et à Total E&P Maroc. Cette autorisation a été prorogée d’un an une première fois en décembre 2012, puis une deuxième fois en décembre 2013. L’autorisation de reconnaissance sur le bloc Anzarane offshore n’est pas un contrat pétrolier au sens où elle se limite à des études géologiques et géophysiques.

À ce jour, des études de synthèse géologique ont été menées, et une sismique 3D de 5 900 km2 a été acquise par l’ONHYM entre novembre 2012 et juillet 2013. À ce stade, le potentiel en hydrocarbures de cette zone n’a pas encore été évalué. Le traitement des données sismiques et leur interprétation nécessiteront encore plusieurs mois de travail, ce qui justifie cette prorogation de l’autorisation de reconnaissance.

Simultanément à la prorogation de l’autorisation de reconnaissance en décembre 2013, Total E&P Maroc a signé avec l’ONHYM une déclaration conjointe publique et un protocole d’accord. Dans la déclaration conjointe, la partie marocaine souligne son attachement au respect des principes découlant de la Charte des Nations unies, en particulier la consultation des populations locales et le bénéfice que ces dernières tireront de l’exploration et de l’exploitation des ressources naturelles. Le protocole d’accord décrit les principes d’action en matière de responsabilité sociétale pour la période de reconnaissance et pour d’éventuelles phases ultérieures.

Dans la région du Sahara occidental où se situe le bloc Anzarane offshore, TOTAL respecte, dans sa sphère d’activités, comme partout où il opère, les lois applicables et les standards internationaux mentionnés dans le Code de conduite du Groupe, notamment ceux relatifs aux droits de l’homme.