Document de référence 2013

Logo TOTAL

Principaux investissements prévus

Après un pic à 28,3 milliards de dollars atteint en 2013, le budget d’investissements organiques est ramené à 26 milliards de dollars en 2014, dont plus de 80% seront consacrés à l’Amont. Les investissements dans l’Amont devraient atteindre 22 milliards de dollars et être essentiellement consacrés aux grands projets de développement dont GLNG et Ichthys en Australie, Surmont et Fort Hills au Canada, les zones d’Ekofisk et Eldkisk en Norvège, les projets de Laggan Tormore au Royaume-Uni, Moho Nord au Congo, CLOV en Angola, Ofon II et Egina au Nigeria et Yamal en Russie. Une partie significative du budget du secteur sera par ailleurs consacrée aux travaux de maintenance et d’intégrité sur des actifs déjà en production.

Dans le Raffinage-Chimie, un budget d’investissements de plus de 2 milliards de dollars devrait être consacrés aux activités de raffinage, pétrochimie et chimie de spécialités. L’année 2014 devrait en particulier être marquée par les premiers travaux de modernisation de la plateforme intégrée d’Anvers en Belgique. Une partie significative du budget du secteur sera par ailleurs consacrée aux investissements de maintenance et de sécurité nécessaires à ce type d’activités industrielles.

Dans le secteur Marketing & Services, un budget d’investissements de près de 2 milliards de dollars devrait financer en particulier le réseau de stations-service, la logistique, les installations de production et de stockage de produits de spécialités (lubrifiants, GPL, etc), ainsi que le développement de ses activités dans les Énergies Nouvelles. La majeure partie du budget d’investissement du Marketing & Services sera allouée aux zones de croissance (Afrique, Moyen-Orient, Asie, Amérique latine).

Au-delà de 2014, TOTAL envisage des investissements en ligne avec une croissance post-2017 plus modérée sur une base de production élargie. Par ailleurs, tous les secteurs du Groupe sont mobilisés pour maitriser leurs investissements et réduire leurs coûts opératoires en continuant d’accorder la priorité absolue aux impératifs de sécurité.

TOTAL autofinance la plupart de ses investissements à partir de ses excédents de trésorerie d’exploitation (se reporter au tableau de flux de trésorerie consolidé), qui sont essentiellement complétés par un recours régulier au marché obligataire en fonction des conditions offertes par les marchés financiers (voir la note 20) "Dettes financières et instruments financiers associés" de l’annexe aux comptes consolidés). Toutefois, les investissements pour lesquels des joint ventures sont mises en place entre TOTAL et des partenaires extérieurs au Groupe font généralement l’objet de financements de projet spécifiques.

Par ailleurs, le Groupe confirme l’objectif de céder 15 à 20 milliards de dollars d’actifs sur la période 2012-14. Alors que TOTAL a d’ores et déjà cédé 13 milliards de dollars d’actifs (1) à fin 2013, les projets de cessions en cours de négociation et à l’étude devraient permettre d’atteindre l’objectif fixé en 2014, et éventuellement de le dépasser.

Dans le cadre de certains accords de financement de projet, TOTAL S.A. a octroyé des garanties. Ces garanties (« Garanties données sur emprunts ») et les autres informations sur les engagements hors bilan et obligations contractuelles du Groupe figurent à la note 23) "Engagements hors bilan et obligations contractuelles" des comptes consolidés​ (chapitre "Comptes consolidés", point "Annexe aux comptes consolidés"​). Le Groupe considère actuellement que ni ces garanties, ni les autres engagements hors bilan de TOTAL S.A. ou de toute autre société du Groupe, ont, ou pourraient raisonnablement avoir dans le futur, un impact significatif sur la situation financière, les produits et charges, la liquidité, les investissements ou les ressources financières du Groupe.

En novembre 2012, TOTAL a annoncé la vente de la participation dans le bloc offshore OML 138 au Nigeria comprenant le champ de Usan, puis en février 2014 la signature d’un accord de cession à Sonangol E&P de sa participation de 15% dans le bloc offshore 15 / 06 en Angola pour une valeur de 750 millions de dollars. L’approbation des autorités n’a pas été reçue à ce jour pour la cession de sa participation dans le bloc OML 138. La finalisation de la cession de participation dans le bloc 15/06 est prévue au cours du premier semestre 2014. 2 Présentation des activités Investissements 54 TOTAL.

 

(1) Y compris les autres opérations avec des intérêts minoritaires.