Document de référence 2013

Logo TOTAL

Europe

TOTAL est le premier raffineur en Europe de l’Ouest(1).

L’Europe de l’Ouest représente 85% de la capacité de raffinage du Groupe, soit 1 736 kb / j fin 2013 contre 1 742 kb / j à fin 2012 et 1 787 kb / j fin 2011. La baisse survenue en 2012 correspondait essentiellement à l’arrêt de la raffinerie de Rome. Le Groupe opère huit raffineries en Europe de l’Ouest (une à Anvers en Belgique, cinq en France à Donges, Feyzin, Gonfreville, Grandpuits et la Mède, une au Royaume-Uni à Immingham et une en Allemagne à Leuna) et détient des intérêts dans la raffinerie de Schwedt en Allemagne, de Zeeland aux Pays-Bas et de Trecate en Italie au travers de sa participation dans TotalErg.

Les principaux sites pétrochimiques du Groupe sont situés en Belgique à Anvers (vapocraqueurs, aromatiques, polyéthylène), à Feluy (polyoléfines, polystyrène) et en France à Carling (vapocraqueur, aromatiques, polyéthylène, polystyrène), à Feyzin (vapocraqueur, aromatiques), à Gonfreville (vapocraqueurs, aromatiques, styrène, polyoléfines, polystyrène) et à Lavéra (vapocraqueur, aromatiques, polypropylène). L’Europe représente 54% de la capacité pétrochimique du Groupe, soit 10 899 kt fin 2013 contre 11 803 fin 2012 et 11 013 fin 2011. La baisse survenue en 2013 est due essentiellement à la fermeture d’un vapocraqueur sur le site d’Anvers. La hausse en 2012 était principalement due à l’acquisition de 35% de Fina Antwerp Olefins.

  • En France, où il détient cinq raffineries, le Groupe poursuit l’adaptation de ses capacités de raffinage, le rééquilibrage de ses productions au profit du diesel et l’amélioration de son efficacité opérationnelle dans un contexte de baisse structurelle de la consommation de produits pétroliers en Europe et d’augmentation des excédents d’essence. Depuis 2009, le Groupe a développé son projet visant à faire évoluer le schéma industriel de la raffinerie de Normandie (Gonfreville). Il consiste à moderniser la raffinerie et rééquilibrer les productions au profit du diesel. À cet effet, les investissements ont permis de réduire la capacité de distillation annuelle de 16 Mt à 12 Mt, d’augmenter la taille de l’unité d’hydrocraquage de coupes gazole lourds et d’améliorer l’efficacité énergétique en réduisant simultanément les émissions de CO . L’essentiel du nouveau schéma a été mis en place début 2013 après un grand arrêt complet de la raffinerie et l’ensemble devrait être finalisé mi-2014 avec la mise en route d’une nouvelle unité de désulfuration des gazoles.
    Parallèlement, le projet de modernisation des activités pétro - chimiques de la plateforme de Normandie s’est achevé début 2012. Il a notamment permis d’améliorer l’efficacité énergétique du vapocraqueur et de l’unité de polyéthylène haute densité.
    Dans la pétrochimie, le Groupe a annoncé en septembre 2013 le lancement d’un plan d’investissement pour la plateforme de Carling en Lorraine, afin d’adapter ses capacités et restaurer sa compétitivité. Ce projet prévoit d’y développer de nouvelles activités de production de résines d’hydrocarbures et de polymères et d’arrêter l’activité de vapocraquage au second semestre 2015.
  • En Belgique, le Groupe a annoncé en mai 2013 le lancement d’un projet majeur de modernisation de sa plateforme d’Anvers. Ce projet se décompose en deux parties :
    • la construction de nouvelles unités de conversion pour répondre à l’évolution de la demande vers des produits pétroliers plus légers et à très basse teneur en soufre, l
    • a construction d’une nouvelle unité convertissant les gaz récupérés lors du processus de raffinage en matière première pour les unités pétrochimiques.
    Dans le cadre de ce plan de modernisation, deux unités de production parmi les plus anciennes du site seront arrêtées : un vapocraqueur en 2013 et une ligne de production de polyéthylène d’ici la fin 2014.
    TOTAL a construit à Feluy une nouvelle unité de fabrication de polystyrène expansé de nouvelle génération qui sera démarrée en 2014 et dont la production sera destinée au marché de l’isolation, actuellement en forte croissance.
    En 2012, TOTAL a acquis 35% de Fina Antwerp Olefins, deuxième usine européenne de production de pétrochimie de base (monomères)(2).
  • Au Royaume-Uni, la mise en service en 2011 de l’unité d’hydrodésulfuration (HDS) à la raffinerie de Lindsey a permis à la raffinerie d’accroître sa flexibilité de traitement de brut (jusqu’à 70% de bruts à haute teneur en soufre contre 10% auparavant), et sa production de diesel à très basse teneur en soufre.
    En 2013, TOTAL a décidé de fermer son site de production de polystyrène de Stalybridge d’une capacité de 70 kt / an, tout en maintenant son activité commerciale de polymères en Grande-Bretagne.
  • En Italie, TotalErg (49%) détient une participation de 24,45% dans la raffinerie de Trecate. La raffinerie de Rome, dans laquelle TotalErg avait une participation de 100%, a été transformée en dépôt en 2012.

 

(1) Données sociétés, sur la base des capacités de raffinage et des quantités vendues en 2012.
(2) Données sociétés, sur la base des capacités de production à fin 2012.