Les grands investissements ces dernières années

Europe

En Europe où les marchés sont matures et la demande en baisse, le Groupe réduit ses capacités et concentre ses investissements sur les grandes plateformes qui intègrent raffinage et pétrochimie pour : 

  • Maximiser les synergies entre ces deux activités ;
  • Positionner ses meilleurs sites parmi les leaders de l’industrie.

Anvers (Belgique) :
la plus grande plateforme intégrée du Groupe en Europe. 1 Md€ entre 2013 et 2017 pour moderniser ce site.

Carling (France) : 
160 M€ d’ici à 2016 pour en faire le centre européen des résines d’hydrocarbures du Groupe et un site leader pour les polymères.

Normandie (France) :
1 Md€ entre 2009 et 2014 pour produire plus de gazole et moderniser l’usine pétrochimique.

Lindsey (Royaume-Uni) :
pérenniser le site, notamment en réduisant la capacité de production tout en renforçant l'outil de conversion – 50 M$ investis dans un premier temps et 220 M$ ces cinq prochaines années.

Asie Moyen-Orient

Total investit pour : 

  • Se rapprocher de ses clients et bénéficier de la croissance des marchés émergents ;
  • Bénéficier de la compétitivité des matières premières dans les pays producteurs de pétrole et de gaz.

Satorp (Arabie saoudite) :
10 Mds$ pour construire, en partenariat avec Saudi Aramco, l’une des raffineries les plus performantes du monde, pouvant traiter 400 000b/j. Elle est complètement opérationnelle depuis août 2014.

Daesan (Corée du Sud) :
2 Mds$ investis en partenariat avec Samsung pour moderniser le complexe pétrochimique et doubler sa capacité de production dans un marché asiatique en pleine croissance. 

États-Unis

Total consolide son outil industriel et tire partie des opportunités créées par le développement des hydrocarbures non conventionnels.

Port Arthur (États-Unis) : 
adaptation en 2013 du vapocraqueur pour produire désormais 85% de l’éthylène à partir de gaz (ethane, propane, butane) et bénéficier de l’essor des gaz de schiste.