Document de référence 2013

Logo TOTAL

Environnement économique

Les résultats opérationnels et le taux de croissance futurs du Groupe sont sensibles à l’évolution des prix des matières premières.

Les prix du pétrole et du gaz naturel ont connu par le passé d’importantes fluctuations en raison de facteurs sur lesquels TOTAL n’a pas de contrôle, tels que :

  • l’offre et la demande en énergie, mondiale et régionale ;
  • les évolutions politiques et économiques sur le plan international et régional dans les régions productrices de ressources naturelles notamment au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique du Sud ;
  • la capacité des pays de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et des autres pays producteurs à exercer une influence sur les niveaux et les prix de la production mondiale ;
  • les prix des énergies non conventionnelles ainsi que les évolutions des dispositifs de valorisation des sables bitumineux, qui peuvent affecter les prix de vente du Groupe notamment dans le cadre de ses contrats à long terme de vente de gaz, et les évaluations de ses actifs, en particulier en Amérique du Nord ;
  • le coût et la disponibilité des nouvelles technologies ;
  • les réglementations et les actions gouvernementales ;
  • la conjoncture économique mondiale et les conditions des marchés financiers ;
  • les guerres et autres conflits ;
  • les changements démographiques et notamment les taux de croissance des populations et les modifications des préférences des consommateurs
  • les conditions météorologiques défavorables (ouragans, par exemple) pouvant perturber les approvisionnements ou interrompre les activités des installations du Groupe.

Une baisse importante ou prolongée des prix du pétrole et du gaz naturel peut avoir un impact défavorable sur les résultats des opérations de TOTAL et réduire ses bénéfices. La sensibilité aux paramètres d’environnement est plus amplement détaillée au point "Sensibilité aux paramètres d’environnement" du présent chapitre "Facteurs de risques".

Outre l’effet négatif sur le chiffre d’affaires, les marges et la rentabilité que peut entraîner une baisse des prix du pétrole et du gaz naturel, une période prolongée de prix ou d’autres indicateurs de faible niveau peut conduire le Groupe à revoir l’évaluation de ses actifs et réserves de pétrole et de gaz naturel. Ces revues reflètent la vision de la Société fondée sur des estimations, des prévisions et des hypothèses, et peuvent conduire à des ajustements à la baisse des réserves publiées par le Groupe et / ou à des dépréciations d’actifs susceptibles d’avoir un impact négatif significatif sur les résultats du Groupe de la période au cours de laquelle ces dépréciations sont constatées. Des périodes prolongées avec des cours de pétrole et de gaz naturel plus faibles peuvent également limiter la rentabilité économique de projets prévus ou en développement, impacter négativement le programme de cession d’actifs du Groupe et réduire la trésorerie, restreignant ainsi la capacité du Groupe à financer des investissements et / ou pouvant le conduire à annuler ou reporter des projets d’investissements. Si TOTAL n’était plus en mesure de poursuivre ses projets d’investissement, les opportunités du Groupe en termes de croissance future du chiffre d’affaires et de rentabilité pourraient s’en trouver réduites, ce qui pourrait avoir un impact défavorable significatif sur la situation financière du Groupe.

Inversement, dans un environnement où les prix du pétrole et du gaz sont élevés, le Groupe peut être confronté à des augmentations significatives de coûts et de prélèvements fiscaux et, dans le cadre de certains contrats de partage de production, voir ses droits sur les réserves réduits. Une hausse des cours peut également se traduire par une réduction de la demande en produits du Groupe.

Les résultats du Groupe dans les secteurs Raffinage-Chimie et Marketing & Services dépendent principalement de l’offre et de la demande en produits raffinés et des marges associées sur la vente de ces produits ; l’évolution des cours du pétrole et du gaz naturel se répercute sur les résultats dans ces secteurs en fonction de la vitesse d’ajustement des prix des produits raffinés aux variations des cours du pétrole et du gaz.